Retrouvez les Bobards d'Or sur les réseaux sociaux

Archives

Toutes les publications comprenant le mot-clef ‘France Inter’

Humoristes ! Et ça vous fait rire ?

Humoristes ! Et ça vous fait rire ?

Cette vidéo nous rappelle à quel point la dérision permanente s’est installée dans le paysage médiatique français. Mais aussi que les humoristes, très souvent, ne sont tout simplement pas drôle, enfermés qu’ils sont dans leur rôle de donneur de leçon. Faible avec les forts, forts avec les faibles.

Palmarès 2016 des Bobards d'Or

Palmarès 2016 des Bobards d’Or

Découvrez ci-dessous le palmarès 2016 des Bobards d’Or.

Géraldine Hallot

Géraldine Hallot

BOBARD D’OR

Géraldine Hallot de France Inter​ pour le bobard orwellien, le bobard à remonter le temps !

C’est le 3ème bobard pour France Inter après Patrick Cohen​ en 2013 (Muselière d’Or) et Pascale Clark​ en 2014 (Gay Bobard).

Étienne Baldit

Étienne Baldit

BOBARD D’ARGENT

Étienne Baldit du Lab​ d’Europe 1​ pour le bobard raciste.

C’est le 3ème bobard pour le groupe Europe 1 après celui décerné à Claude Askolovitch (Bobard d’Or Radio) en 2011 et à Éric Le Boucher (Bobard d’Or Radio) en 2012.

Paul Moreira

Paul Moreira

BOBARD DE BRONZE

L’Agence France-Presse​ avec la complicité de Paul Moreira pour le bobard christianophobe.

Il s’agit du 3ème bobard pour l’Agence France-Presse après le bobard de guerre en 2012 et le bobard AFP en 2015.

Félicitations aux lauréats !
Accélérateur de carrière garanti !

Revoir la cérémonie du 14 mars 2016

Bobard orwellien : France Inter, le mensonge à remonter le temps

Bobard orwellien : France Inter, le mensonge à remonter le temps

IL N’Y A PAS DE TERRORISTES PARMI LES GENTILS MIGRANTS se tuait à vous seriner toute la presse en 2015.

Candidat : Géraldine Hallot, journaliste à France Inter

France Inter y est allé de son billet sur le thème, sobrement intitulé : « Réfugiés, le fantasme de l’infiltration terroriste ».

Dès le chapô, la journaliste conclut avant même de commencer : la thèse n’est pas crédible et elle vous dit pourquoi. PAF.

Le tout dûment relayé sur les réseaux sociaux avec encore moins de nuances, si la chose est possible.

Tout dans la nuance, donc, comme l’avaient fait ses confrères qui lynchaient Estrosi pour avoir évoqué l’hypothèse inverse – mais ça c’était avant qu’il ne fasse don de sa personne pour sauver la démocratie en PACA – ou qui vous expliquaient que la thèse était de toute façon crétine, les terroristes entrant chez nous comme dans un… espace Schengen.

Dernière variante, c’est vous qui êtes fous ou pervers. Depuis l’URSS, elle a fait ses preuves.

Mais voilà… le 13 novembre est passé par là. 130 morts, 350 blessés, et parmi les auteurs de ce massacre… deux se sont infiltrés par la route des migrants. Les médias sont pointés du doigt…

HUM. GÊNE. On fait quoi de ça ?

Simple, comme dans « 1984 », on réécrit l’histoire. Du moins le titre et le chapô, subitement débarrassés de toute certitude arrogante. Comme ça :

MAGIQUE ! Et en plus on fait porter le chapeau aux lecteurs exaspérés du procédé, comme ça :

CLASSE, non ?

Pour avoir menti éhontément, réécrit sans vergogne l’histoire pour maquiller ses traces… et tenté d’excuser le tout en culpabilisant les lecteurs vigilants, France Inter mérite amplement son Bobard d’or !

    Twitter not configured.