Can­di­dat : Presse Océan

L’arrivée massive de migrants dans les pays européens a été accompagnée d’une intense campagne de « bobardements » médiatiques. Toute la presse, nationale ou régionale, s’est mise au diapason pour présenter les migrants comme un enrichissement pour l’Europe et les opposants à leur venue comme des personnes rabougries et sans cœur.

L’article de Fran­çoise Refloc’h dans le jour­nal Presse Océan, évo­quant la réunion d’une asso­cia­tion s’opposant à l’arrivée pro­chaine de 70 migrants en pro­ve­nance du camp de Calais dans la ville de Saint-Bré­vin (Loire-Atlan­tique) ne déroge pas à cette règle.

Sous les titres « Saint-Bré­vin Col­lec­tif contre les migrants : le rejet pour seul pro­gramme » pour la ver­sion inter­net (09/10/2016) et « Huées, haine et rejet pour pro­gramme » pour la ver­sion papier du 10 octobre, la jour­na­liste Fran­çoise Refloc’h va mul­ti­plier les « erreurs fac­tuelles et d’interprétations idéo­lo­giques » selon les orga­ni­sa­teurs de cette réunion et membres de l’association Liber­tés et Entraide.

La réunion ayant été fil­mée et dif­fu­sée sur inter­net, il devient dès lors assez facile de se faire une opi­nion sur la véra­ci­té de l’article de Presse Océan.

Pre­mier bobard : la pho­to illus­trant l’article n’est en aucun cas com­pa­rable avec celle prise par l’association et dif­fu­sée sur Face­book :

Deuxième bobard : les cita­tions tron­quées. Selon la jour­na­liste Fran­çoise Refloc’h, le res­pon­sable nan­tais de l’association Liber­tés et Entraide, Nico­las Faure, aurait dit : « Nous n’avons aucune leçon de morale à rece­voir et per­sonne ne peut nous for­cer à être soli­daires ». Applau­dis­se­ments. Pour l’empathie, il fau­dra repas­ser. »

Deuxième bobard. Les citations tronquées...

Deuxième bobard. Les cita­tions tron­quées…

Erreur, cette cita­tion est extraite du dis­cours d’introduction de Maxime Bou­lan­ger et aucun applau­dis­se­ment n’est à signa­ler.

Autre cita­tion tron­quée : « On a quit­té St-Her­blain pour être pei­nards voci­fère une femme. Nous sommes inquiets pour la sécu­ri­té de nos enfants. Vive­ment 2017. » Le hic, c’est que jamais « vive­ment 2017 » n’a été pro­non­cé et que la cita­tion est tron­quée. Il suf­fit de com­pa­rer avec l’intervention fil­mée pour s’en rendre compte (). « Moi ça fait cinq ans et demi que je suis venu vivre ici avec mon mari et mes enfants. On a quit­té St-Her­blain pour vivre tran­quille dans une petite com­mune, en sécu­ri­té (…) on vient ici pour être pei­nard, on nous demande pas notre avis, je ne suis pas d’accord, c’est tout. Et nos SDF qui sont dans la rue ? On tra­vaille tous comme des malades. On paie des taxes, on fait n’importe quoi. (…) on se bat comme chez pas quoi, on paie, on paie, on paie. Pour faire quoi ? »

La jour­na­liste de conclure son article : “Pas une seule fois il ne sera ques­tion des bombes qui pleuvent sur Alep.”, lais­sant croire que la majo­ri­té des migrants de Calais qui doivent être relo­gés à Saint-Bré­vin pro­viennent de Syrie. Des chiffres tota­le­ment faux ! Une étude réa­li­sée par l’organisme Refu­gee Rights Data Pro­ject montre ain­si que le Syriens ne repré­sentent que 10% des migrants de Calais (dos­sier p. 9) :

Refugee Rights Data Project

Refu­gee Rights Data Pro­ject

Le bon accueil de Saint-Brévin

▶︎ Cli­quez ici pour voter en ligne !