Can­di­dat : Alain Mar­shall (BFMTV)

15 juillet, les Français se réveillent avec la gueule de bois. La veille au soir, pendant le feu d’artifice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a précipité un camion bélier sur la promenade des Anglais à Nice. C’est le 3ème attentat sur le territoire français en quelques mois.

« Pas d’amalgame » c’est le leit­mo­tiv de tous les atten­tats, un véri­table refrain répé­té béa­te­ment par les membres du gou­ver­ne­ment et des jour­na­listes. Pour les médias, il y a une véri­té à faire pas­ser, « aucun lien entre islam et isla­misme » … c’est la sub­ti­li­té du suf­fixe.

Pour faire gober ce « pas d’amalgame », les médias ont la tech­nique :

Insister sur les victimes d’origine arabe (Fatima, 1ère victime du tueur).

Défendre l’islam, religion de paix.

L’auteur de l’attentat de Nice man­geait du porc, buvait de l’alcool, pre­nait de la drogue et frap­pait sa femme, bref, il n’était pas un pra­ti­quant par­fait, l’islam est donc hors de cause.

Le 15 juillet, Alain Mar­schall est en duplex pour BFMTV sur la pro­me­nade des Anglais. A 10h11, il déclare « j’ai l’impression qu’on a plu­tôt affaire à un dés­équi­li­bré, ça c’est une cer­ti­tude, façon Ger­man­wings ou façon tue­rie d’Orlando. Un type qui était ultra mal dans sa peau […] Je ne vois pas DAESH là dedans ».

Pour­tant, le 15 juillet à 3 heures du matin, Le Figa­ro recon­nais­sait dans l’attentat de Nice les consignes de l’État isla­mique.

Manque de bol pour Alain Mar­shall, à 10h20 — c’est-à-dire 10 minutes après son duplex — David Tho­mos, jour­na­liste pour RFI, publiait sur son twit­ter la reven­di­ca­tion de l’attentat par l’État isla­mique.

Mais le bobard va plus loin….

Alain Mar­shall a décla­ré pen­dant ce duplex que cet atten­tat lui fai­sait pen­ser à « un dés­équi­li­bré façon tue­rie d’Orlando ». Ça tombe bien, la fusillade d’Orlando était reven­di­quée par l’état isla­mique… Mais ça, même un mois après, Alain Mar­shall semble encore l’ignorer.

Pour avoir vu dans les atten­tats de Nice et d’Orlando, l’œuvre d’un dés­équi­li­bré et nié le lien évident avec Daech, Alain Mar­shall mérite bien son Bobard caté­go­rie « poids lourd ».

▶︎ Cli­quez ici pour voter en ligne !