Can­di­dats : Hugo Clé­ment et Yann Bar­thès (Canal+)

35 morts, plusieurs centaines de blessés : le 22 mars 2016, la Belgique est frappée par deux explosions à l’aéroport de Bruxelles et à la station de métro Maelbeek.

L’attentat sur­vient 2 jours après l’arrestation de Salah Abdes­lam à Molen­beek. La ville belge devient rapi­de­ment un sujet d’attention pour les jour­na­listes. Les médias vont ten­ter de décrire Molen­beek comme une ville tout à fait nor­male, « on y ren­contre les mêmes pro­blèmes que par­tout ailleurs : le chô­mage l’insécurité, etc. »

Dans ce jeu de dés­in­for­ma­tion, la palme revient au Petit Jour­nal diri­gé alors par Yann Bar­thès, le pape incon­tes­té de la « bran­chi­tude » de Canal+.

Le jeu­di 24 mars 2016, soit le sur­len­de­main des atten­tats de Bruxelles, Yann Bar­thès décide de réagir aux décla­ra­tions de Donald Trump qui affir­mait que « Bruxelles est un désastre. C’était superbe, main­te­nant c’est un camp armé, où les habi­tants vivent un enfer au quo­ti­dien ».

Pour Yann Bar­thès cette décla­ra­tion est une « conne­rie » et pour véri­fier que c’est bien une « conne­rie » il va deman­der à Hugo Clé­ment, le Tin­tin grand repor­ter du Petit Jour­nal, de don­ner son avis. Hugo Clé­ment est sur la place de la Bourse à Bruxelles, et de là où il est, il peut le dire : «… c’est du grand n’importe quoi ».

Hugo Clé­ment aurait pu évo­quer la période post-atten­tat du 13 novembre 2015 : les rues de Bruxelles étaient désertes, les médias réduits au silence pas­saient des pho­tos et des vidéos de chat… Mais Hugo Clé­ment ne l’a pas fait.

L’inénarrable Yann Bar­thès a rele­vé une autre « conne­rie » : pour Fox news « … dans la com­mu­nau­té musul­mane, la police n’a aucun accès dans ce quar­tier (Molen­beek), et beau­coup d’entre eux (les habi­tants de Molen­beek) ne sont pas en contact avec la police ». L’information est com­men­tée par Donald Trump qui conclut en décla­rant « la police a peur d’aller dans ce quar­tier ».

« La police a peur d’aller dans ce quartier »

« La police a peur d’aller dans ce quar­tier »

Dans un pre­mier temps, le Tin­tin grand repor­ter du Petit Jour­nal Hugo Clé­ment inter­roge plu­sieurs habi­tants. Un micro trot­toir, le moyen le plus facile pour biai­ser un repor­tage. Les décla­ra­tions sont ras­su­rantes, Molen­beek est une ville comme les autres. Une jeune femme, voi­lée comme la plu­part de celles que le repor­tage laisse aper­ce­voir, explique même que la coha­bi­ta­tion entre com­mu­nau­tés se déroule par­fai­te­ment bien : « Ici, on vit en com­mu­nau­té entre musul­mans, non-musul­mans, reli­gieux, non-reli­gieux. Il n’y a pas de sou­ci par rap­port à ça. ». Le len­de­main des atten­tats c’est un peu fort de café !

Hugo Clé­ment va ensuite mon­trer le com­mis­sa­riat de Molen­beek, : « Donald Trump est mal ren­sei­gné, la police est pré­sente ». Sauf qu’en y regar­dant bien, la police est en état de siège : impos­sible de s’approcher à moins de 20 mètres du poste de police, pré­sence de mili­taires sur place, homme lour­de­ment armé mon­tant la garde, mais rien sus­cep­tible de cho­quer le grand repor­ter du Petit Jour­nal.

Alors, pour avoir affir­mé que Molen­beek est une ville où il fait bon vivre, alors que c’est le quar­tier où les atten­tats du 13 novembre ont été pré­pa­rés et où l’un des auteurs se cachait, où Meh­di Nem­mouche, l’auteur de l’attentat du musée juif de Bruxelles, a séjour­né, où les for­ma­teurs de Ché­rif Koua­chi, ins­ti­ga­teur des atten­tats contre Char­lie Heb­do, étaient ins­tal­lés, le Petit Jour­nal mérite bien son Bobard « Tin­tin grand repor­ter ».