Can­di­dat : La presse fran­çaise

Le mensonge entourant la théorie du genre pourrait presque devenir un marronnier des Bobards d’Or. Chaque année, malgré les faits, les déclarations officielles, les différentes publications, les médias français s’acharnent à nier que la théorie du genre est enseignée dans l’Éducation nationale.

Cette année, ce sont les décla­ra­tions en octobre du pape Fran­çois qui ont relan­cé la polé­mique.

Il n’en fal­lait pas plus pour que la presse, à l’unanimité, s’élève contre ce « fan­tasme » de la théo­rie du genre :

Extrait vidéo « La théo­rie du genre c’est un fan­tasme » Chris­tine Pedot­ti dans #cdans­lair 4 octobre 2016

Le repor­tage d’i‑Télé va sûre­ment res­ter un cas d’école.

Alors que la voix-off du jour­na­liste dénonce « une pré­ten­due théo­rie du genre dans les manuels sco­laires », « un ser­pent de mer pour les acteurs de l’éducation », la camé­ra scrute cette défi­ni­tion : « l’identité sexuelle se réfère au genre sous lequel une per­sonne est socia­le­ment recon­nue. » Ce qui cor­res­pond exac­te­ment à la défi­ni­tion de la théo­rie du genre don­née par Najat Val­laud-Bel­ka­cem en 2011, alors secré­taire natio­nale du PS aux ques­tions de socié­té et porte-parole de Ségo­lène Royal, et qui sera par la suite ministre de l’Éducation natio­nale !

Les médias vont donc uti­li­ser la nov­langue habi­tuelle pour décon­si­dé­rer leur adver­saire (fan­tasme, obs­cu­ran­tiste, inté­griste, nébu­leuse catho­lique, etc…) sans jamais don­ner la parole à un seul contra­dic­teur. Il suf­fit d’écouter un adver­saire de la théo­rie du genre pour se rendre compte que la véri­té, appuyée par des faits, est très loin de la pen­sée unique offi­cielle.

La voix de la jour­na­liste d’i‑Télé dit exac­te­ment le contraire de ce que les télé­spec­ta­teurs voient sur les images !

▶︎ Cli­quez ici pour voter en ligne !