Bobard raciste : Meurtre de Jean-Claude Irvoas, 10 ans de Bobards

22 février 2016 | Bobards d'Or 2016

Bobard raciste : Meurtre de Jean-Claude Irvoas, 10 ans de Bobards

Plus de dix ans après les émeutes du ramadan de 2005, les médias continuent à diffuser trois bobards.

Can­di­dat : Étienne Bal­dit, jour­na­liste au Lab d’Eu­rope 1

Le premier bobard

Zyed et Bou­na ont été vic­times d’une « bavure poli­cière ». « Cli­chy reven­dique une colère « sin­cère », dix jours après la mort des deux ado­les­cents » (Le Monde — 08/11/2005). Et ce mal­gré le juge­ment en mai 2015 du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Rennes relaxant les deux poli­ciers.

Le deuxième bobard

sur les émeutes de 2005 est celui du silence autour des quatre morts en lien avec ces vio­lences urbaines : Jean-Jacques Le Che­na­dec, Salah Gaham, Jean-Claude Irvoas et Alain Lam­bert. À l’occasion des dix ans, en 2015, voi­ci le trai­te­ment média­tique des dif­fé­rents morts des émeutes du rama­dan de 2005 :

- Zyed et Bou­na : 336 (envi­ron 340) articles.

- Jean-Jacques Le Che­na­dec : le 7 novembre 2005, ce retrai­té meurt en bas de chez lui, il est frap­pé à mort par Sala­hed­dine Alloul en ten­tant d’é­teindre un feu de pou­belle. Aucun por­trait de lui, aucun article sur sa famille ni sur les cir­cons­tances de son agres­sion. Son nom est évo­qué seule­ment dix fois dans des articles consa­crés à Zyed et Bou­na.

- Salah Gaham : ce jeune gar­dien d’im­meuble meurt asphyxié en ten­tant de por­ter secours à des étu­diants, à la suite d’un incen­die dans le quar­tier de Pla­noise, à Besan­çon. Son nom est évo­qué seule­ment deux fois dans des articles fai­sant le bilan des émeutes de 2005.

- Alain Lam­bert : gar­dien du lycée de la Plaine-de-Neauphle à Trappes. Dans la nuit du 20 au 21 novembre 2005, quatre délin­quants, dont un mineur de 17 ans, avaient incen­dié des voi­tures dans la cour du lycée de la Plaine-de-Neauphle à Trappes à l’aide de cock­tails Molo­tov. En ten­tant d’éteindre l’in­cen­die, Alain Lam­bert meurt asphyxié. Depuis le pro­cès des incen­diaires en 2008, aucun article n’a évo­qué sa mort.

- Jean-Claude Irvoas : le 27 octobre 2005, Jean-Claude Irvoas, 56 ans, com­mer­cial dans une socié­té de mobi­lier urbain, s’apprête à rega­gner sa voi­ture garée dans une rue répu­tée « sen­sible » du quar­tier d’Orgemont d’Épinay-sur-Seine. Il tient à la main un appa­reil pho­to avec lequel il vient de fla­sher les lam­pa­daires que son entre­prise a récem­ment ins­tal­lés le long de la voie. À peine est-il arri­vé à quelques mètres de son véhi­cule, où l’attendent sa com­pagne Bri­gitte et sa fille Flo­riane, 16 ans, que trois délin­quants sur­gissent d’une allée et l’apostrophent : « Fils de p… On va te niquer ! ». Le quin­qua­gé­naire reçoit neuf coups de poing et tombe frap­pé à mort sous les yeux de sa com­pagne et de sa fille.

La mort de Jean-Claude Irvoas est entou­rée, quant à elle, de deux énormes bobards. Le pre­mier est celui du silence de la presse : son nom est cité seule­ment quatre fois.

Le troisième bobard

Il concerne l’identité des meur­triers de Jean-Claude Irvoas et leurs ori­gines. Un sujet hau­te­ment sen­sible pour les zéla­teurs de l’immigration. Alors, pour ne pas remettre en cause leur dogme immi­gra­tion­niste, ils vont men­tir sur l’origine des meur­triers de Jean-Claude Irvoas.

En 2010, le jour­na­liste du Figa­ro Sté­phane Durand-Souf­fland écri­vait « que trois des quatre indi­vi­dus concer­nés sont d’o­ri­gine euro­péenne ». Un men­songe de la part du pré­sident de l’Association des jour­na­listes judi­ciaires qui sera récom­pen­sé quelques mois plus tard par le bobard d’or 2010.

Rebe­lote cette année avec le jour­na­liste Étienne Bal­dit, du Lab Poli­tique d’Europe 1. Alors quelle est la véri­té dans cette his­toire et quelles sont les ori­gines des meur­triers de Jean-Claude Irvoas ? Plus de dix ans après les émeutes du rama­dan d’octobre et novembre 2005, les jour­na­listes conti­nuent à appli­quer la même recette : men­songes et silence.

Faisons le total

En 2015, à l’occasion des dix ans des émeutes de 2005, 336 articles de presse ont été consa­crés à Zyed et Bou­na. Les 4 autres vic­times comp­ta­bi­lisent 16 articles au total, soit 21 fois moins d’articles que sur Zyed et Bou­na.

Prochaine cérémonie le 24 février 2020

Parcourir les bobards 2020

Bobard Bon Enfant

À la faveur de la Coupe d’Afrique des nations, com­pé­ti­tion de foot­ball se dérou­lant en Afrique, les Fran­çais ont pu assis­ter à de nom­breuses émeutes impli­quant des sup­por­teurs de l’équipe natio­nale algé­rienne. Ils ont éga­le­ment pu admi­rer l’incroyable capa­ci­té des médias fran­çais à mini­mi­ser à l’extrême, voire à nier, ces graves émeutes.

Bobard Arabes 1 – Roms 0

Dans l’année 2019, plu­sieurs rumeurs d’enlèvements d’enfants ont chauf­fé les esprits dans cer­taines cités sen­sibles fran­ci­liennes. Si aucun enlè­ve­ment n’a été avé­ré, de nom­breux lyn­chages de Roms ont eu lieu.

Bobard Notre-Drame

C’est l’un des ensei­gne­ments les plus mar­te­lés par Jean-Yves Le Gal­lou, à lon­gueur d’épisodes de l’émission « I‑Média » sur TVLi­ber­tés : « Le pire des bobards, le plus effi­cace, c’est le bobard par occul­ta­tion ! »

Bobard antique

Le ser­vice public a son héros anti-fake news. Il s’agit de Julien Pain, ani­ma­teur de « L’Instant détox ». Ce module vidéo est fil­mé soit en stu­dio soit dans la rue, en direct sur Face­book. Le pré­sen­ta­teur va à la ren­contre des pari­siens pour par­ler d’un sujet.

Bobard complotiste

Le ser­vice public a son héros anti-fake news. Il s’agit de Julien Pain, ani­ma­teur de « L’Instant détox ». Ce module vidéo est fil­mé soit en stu­dio soit dans la rue, en direct sur Face­book. Le pré­sen­ta­teur va à la ren­contre des pari­siens pour par­ler d’un sujet.

Bobard Carton rouge

En évo­quant la ques­tion du racisme dans le foot­ball, Pierre Ménès, chro­ni­queur spor­tif bien connu, qui s’exprimait sur les pro­pos de Thu­ram, a lan­cé une énorme polé­mique.

Bobard binoclard

Clé­ment Vik­to­ro­vitch, c’est ce pro­fes­seur de rhé­to­rique à Sciences Po qui, du haut de sa chaire télé­vi­sée, ana­lyse – de manière faus­se­ment pous­sée et conscien­cieuse – les situa­tions et les pro­pos sur les­quels il peut pla­quer sa grille de lec­ture du monde et appli­quer son ver­nis d’érudition.

Bobard Arithmétique

C’est dans l’atmosphère média­tique d’hystérie ayant sui­vi l’attentat anti­mu­sul­man de Nou­velle-Zélande que Les Déco­deurs ont déci­dé de publier un bobard énorme.

Bo’Barthès

« Quo­ti­dien » en croi­sade contre Nadine Mora­no : le 24 octobre, Valeurs actuelles publiait un repor­tage dans lequel on sui­vait Nadine Mora­no, de retour dans le quar­tier de son enfance à Nan­cy, le quar­tier sen­sible du Haut-du-Lièvre. Cet article a inté­res­sé « Quo­ti­dien » qui a déci­dé de tout faire pour le dis­cré­di­ter !

Bobard Retournement de veste

Pour­quoi un tel retour­ne­ment de veste du Monde ? Est-ce parce que Iou­lia Timo­chen­ko, aupa­ra­vant vue comme une réfor­ma­trice, est aujourd’hui vue comme une enne­mie de la démo­cra­tie ? Est-ce tout sim­ple­ment parce que Le Monde raconte par­fois n’importe quoi ?

Bobard samba

C’était l’une des polé­miques poli­ti­co-éco­lo-média­tiques de l’été ! L’Amazonie était en proie aux incen­dies. Et cer­tains médias n’ont pas hési­té à ver­ser dans le catas­tro­phisme, en mon­trant du doigt le cou­pable idéal… Jair Bol­so­na­ro, pré­sident du Bré­sil !

De l’esprit des bobards

Le 8 août 2019, AJ+ publiait sur Twit­ter une vidéo du you­tu­beur « Abdel en vrai » visant à démon­trer que les phi­lo­sophes des Lumières étaient à la source du supré­ma­cisme blanc. Tout un pro­gramme !

Bobard Lügenpresse

Claas Relo­tius était un jour­na­liste vedette, une des plumes du Spie­gel, un jeune homme de 33 ans qui, le 3 décembre, à Ber­lin, s’était vu décer­ner le prix du meilleur repor­tage de l’année pour un article sur la guerre en Syrie paru en juin dans le grand heb­do­ma­daire alle­mand.

Bobard carcéral

Atta­quer Donald Trump est une des obli­ga­tions de tout bon média domi­nant. L’actuel pré­sident des États-Unis d’Amérique est en effet une sorte de diable abso­lu pour les tenants du poli­ti­que­ment cor­rect.

Bobards d’Or 2020 : les votes sont ouverts

Bobards d’Or 2020 : les votes sont ouverts ! Pre­mière caté­go­rie en ligne, les “Bobards du sta­giaire”. C’est la faute du sta­giaire ! Com­bien de fois avez-vous enten­du cette excuse bidon de la part des médias men­teurs ?