Jean-Yves Le Gallou : « Avec les Bobards d’Or, cela fait 10 ans que nous dénonçons les bobards des médias ! »

Jean-Yves Le Gallou : « Avec les Bobards d’Or, cela fait 10 ans que nous dénonçons les bobards des médias ! »

5 février 2020 | Actualités et communiqués

La 11e céré­mo­nie des Bobards d’Or aura lieu le 24 février pro­chain à 19h30 au Théâtre du Gym­nase à Paris. À quelques jours de ce grand évé­ne­ment, entre­tien avec Jean-Yves Le Gallou.


Polé­mia : Sur les visuels annon­çant l’événement, les jour­na­listes sont trai­tés de plu­sieurs noms d’oiseaux : « Déla­teurs, men­teurs, zéla­teurs, cen­seurs, remet­tons ces jour­na­listes à leur place ». L’affiche de cam­pagne tape fort !

Jean-Yves Le Gal­lou : Oui ! Mais on pour­rait même ajou­ter « inqui­si­teurs, pré­di­ca­teurs, boni­men­teurs, bara­ti­neurs, tri­cheurs, affa­bu­la­teurs, bluf­feurs, glan­deurs, flat­teurs, trom­peurs, mys­ti­fi­ca­teurs, calom­nia­teurs, sec­ta­teurs, bidon­neurs, pro­vo­ca­teurs, dénon­cia­teurs, détrac­teurs, accu­sa­teurs, déni­greurs, cafar­deurs, répétiteurs » :

Sévère c’est vrai. Mais juste ! Cela fait 10 ans que nous dénon­çons les bobards des grands médias. Et nous atten­dons tou­jours le pre­mier « média culpa ». Les jour­na­listes pra­tiquent l’omerta sur leurs men­songes. Ils cri­tiquent la terre entière mais sont soli­daires les uns les autres de leur désinformation.

Polé­mia : Com­ment les bobards sont-ils ren­dus pos­sibles ? Et pour­quoi sont-ils si nom­breux ?

Jean-Yves Le Gal­lou : Parce que les médias ne cherchent pas à dire (et à véri­fier) des faits mais à faire par­ta­ger des opi­nions. Dans la caté­go­rie Bobard sans fron­tières, j’attire votre atten­tion sur le Bobard Lügen­presse. Le can­di­dat est Claas Relo­tius, repor­ter vedette du Spie­gel, le grand heb­do­ma­daire alle­mand. Il a été cou­ron­né meilleur jour­na­liste de l’année par CNN et a reçu l’équivalent du prix Pulit­zer alle­mand. Une poin­ture, on vous dit. Renom­mé pour « l’excellence » de ses repor­tages. Des repor­tages d’autant plus appré­ciés qu’ils étaient bidonnés…dans le bon sens évi­dem­ment. La devise offi­cielle du Spie­gel c’est « dîtes ce qui est !», la réa­li­té c’est « racon­tez ce qu’il faut faire croire ! »

Polé­mia : À côté des Bobards sans Fron­tières quelles sont les autres rubriques ?

Jean-Yves Le Gal­lou : La fonc­tion du bobard, c’est d’imposer dans les esprits les dogmes poli­ti­que­ment cor­rects. Vous ne serez donc pas sur­pris que nous iro­ni­sions sur le Bobarc-en-ciel et le Bobard du vivre ensemble. Sans oublier Les déco­deurs déco­dés ou le Bobard du stagiaire.

Polé­mia : Qu’appelez-vous Bobard du sta­giaire ?

Jean-Yves Le Gal­lou : Quand les médias sont pris la main dans le pot de confi­ture du men­songe, ils se défaussent sur un lam­piste. Par­fois un jour­na­liste, par­fois un membre de la rédac­tion, par­fois un sta­giaire… La presse régio­nale est cou­tu­mière du fait : cette année c’est La Pro­vence qui est à l’honneur. Sur une pho­to d’une céré­mo­nie du 15 août le « sta­giaire » avait pure­ment et sim­ple­ment flou­té le visage du séna­teur RN Sté­phane Ravier.

Polé­mia : Quoi d’autre ?

Jean-Yves Le Gal­lou : Il y aura aus­si deux prix spé­ciaux : un pour Quo­ti­dien pour l’ensemble de l’œuvre de Bar­thès… parce qu’il le vaut bien. Et un prix Xavier Dupont de Ligonnes (XDLL) parce que tous les médias nous ont bien fait rire avec la pseu­do arres­ta­tion de ce cri­mi­nel en Écosse. Les gui­gnols de l’AFP et du Pari­sien méri­tant même une men­tion spéciale…

À contra­rio, nous salue­rons le tra­vail de réin­for­ma­tion d’un cer­tain nombre de You­tu­beurs qui par­ti­cipent à salu­taire décons­truc­tion de la tyran­nie média­tique. Et les dona­teurs de Polé­mia remet­tront aus­si un prix spécial.

Ren­dez-vous le 24 février pour ce tri­bu­nal des fla­grants délires !

Entre­tien avec Jean-Yves Le Gallou
02/02/2020
Source : polemia.com