Bobard Flou journalistique

Bobard Flou journalistique

Date du bobard : août 2019
Les bobardeurs : La Provence

Le 17 août 2019, les lec­teurs mar­seillais atten­tifs de La Pro­vence n’auront pas man­qué de remar­quer un drôle de détail dans une grande pho­to­gra­phie trai­tant de la pro­ces­sion de l’Assomption.

La pho­to, prise par un pho­to­graphe du quo­ti­dien local dans la cathé­drale mar­seillaise dite « de la Major » avant le départ de la pro­ces­sion, montre une large foule de fidèles. Mais l’un d’entre eux a le visage flouté.

Or cette per­sonne n’est pas un qui­dam. Il s’agit de Sté­phane Ravier, membre du Ras­sem­ble­ment natio­nal, ancien maire du VIIe sec­teur de Mar­seille et actuel séna­teur. Sté­phane Ravier est can­di­dat à la mai­rie de Marseille.

Ravier flouté, Ravier floué

La réac­tion de l’intéressé a évi­dem­ment été virulente.

Sur les réseaux sociaux, l’émoi est large.

Sté­phane Ravier envoie une lettre à Franz-Oli­vier Gies­bert, direc­teur de La Pro­vence, dans laquelle il s’alarme : « Cette déci­sion volon­taire […] est un véri­table scan­dale jour­na­lis­tique et démo­cra­tique ! La Pro­vence s’arroge-t-elle le droit de cen­su­rer un séna­teur, repré­sen­tant de la nation ? Va-t-elle m’effacer des pho­tos comme Sta­line l’ordonnait dans la Prav­da pour ses opposants ? »

Du côté des rédac­tions natio­nales, ser­vice mini­mum sur cette cen­sure « allé­gée » indéfendable.

On note mal­gré tout le rica­ne­ment de Mathieu Molard, rédac­teur en chef du média d’extrême gauche Street­Press.

https://twitter.com/MatMolard/status/1162462001030946819

BFM choi­sit un com­men­taire étonnant…

L’AFP publie une dépêche le jour même, évo­quant ce floutage.

Dans cette dépêche, ici trai­tée par Fran­ceIn­fo, les jour­na­listes admettent clai­re­ment que « les rai­sons du flou­tage res­tent obscures ».

Alors pour­quoi ce floutage ?

Des explications… floues !

Même s’il s’était agi d’un zèle peu ordi­naire visant à évi­ter une publi­ci­té élec­to­rale détour­née (ce qui semble tota­le­ment injus­ti­fiable par ailleurs), Sté­phane Ravier était pré­sent dans la cathé­drale sans aucun signe dis­tinc­tif. Dès lors, com­ment expli­quer ce flou­tage hallucinant ?

Réponse très par­tielle chez France Info : « Contac­té same­di par l’AFP, le direc­teur dépar­te­men­tal de La Pro­vence, Guil­hem Rica­vy, a indi­qué avoir appris les faits par un col­la­bo­ra­teur du séna­teur et avoir immé­dia­te­ment “démar­ré une enquête”. Il s’a­gi­rait du fait d’un sala­rié, qui sera convo­qué pour s’ex­pli­quer lun­di. Ce flou­tage ne semble “pas pou­voir se jus­ti­fier jour­na­lis­ti­que­ment” et “il ne s’a­git en aucun cas d’une demande de la direc­tion ou de la rédac­tion en chef” du journal. »

Fina­le­ment, le 18 août, La Pro­vence publie la pho­to non flou­tée accom­pa­gnée d’excuses à Sté­phane Ravier.

Le quo­ti­dien évoque « une erreur de juge­ment d’une col­la­bo­ra­trice ». Une erreur de juge­ment qui res­semble tota­le­ment à un acte de cen­sure poli­tique. Et aucune sanc­tion contre cette mys­té­rieuse collaboratrice.

Reste plus qu’à prier pour que les élec­tions muni­ci­pales mar­seillaises soient trai­tées de manière neutre par La Pro­vence et que les seuls Mar­seillais à voir flou à l’avenir soient les amou­reux du pastis !

Total 0 Votes
0

Réservez votre billet

Bobards 2022