Aurélien Rousseau…tises

Aurélien Rousseau…tises

19 janvier 2024 | Bobards d'Or 2024

Total 87 Votes

L’ancien ministre de la Santé Aurélien Rousseau n’a pas démérité en termes de mensonges éhontés sur les plateaux de radio. En octobre dernier, il intervenait sur France Inter afin de lutter contre le déficit d’engouement suscité par l’énième campagne de vaccination contre le Covid-19.

Confiant, il déclare :

« On a trois ans de recul, on sait que l’on n’a pas d’effets secon­daires. Il faut y aller […]. La vac­ci­na­tion, c’est le progrès. »

Le ministre semble oublier que tout médi­ca­ment jusqu’au Doli­prane a des effets secon­daires, et que ceux du vac­cin contre le Covid sont par­ti­cu­liè­re­ment nom­breux, sévères et docu­men­tés. Plus de 190 000 cas d’effets indé­si­rables ont déjà été recen­sés (ANSM), aux­quels il faut ajou­ter un nombre consi­dé­rable que nous igno­rons encore.

Même l’ancien pré­sident du Conseil scien­ti­fique, qui fai­sait le tour des pla­teaux au moment du confi­ne­ment, le Pr Del­frais­sy, a contre­dit la semaine sui­vante Auré­lien Rous­seau, sur France 2 :

« Tout vac­cin peut entraî­ner chez une per­sonne don­née un effet secon­daire […] un vac­cin entraîne une réac­tion immu­ni­taire, il est fait pour ça […] mais il entraîne aus­si une acti­va­tion du sys­tème immu­ni­taire, et vous avez cer­taines per­sonnes, qui pour une rai­son qu’on ne connaît pas encore bien, après un vac­cin activent plus que les autres ».

Par la même occa­sion, il a avoué :

« On s’est trom­pés ini­tia­le­ment sur les vac­cins en disant qu’ils pro­té­geaient contre la trans­mis­sion. Ils pro­tègent mal contre la trans­mis­sion, ils ont une durée de vie rela­ti­ve­ment limitée ».