Quand Élisabeth dépasse les bornes

Quand Élisabeth dépasse les bornes

18 janvier 2024 | Bobards d'Or 2024

Total 79 Votes

À la mi-décembre, alors que les négociations sur le projet de loi immigration atteignent un point de blocage, sept sénateurs et sept députés sont réunis à huis clos, en commission mixte paritaire. Le chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau, découvre alors avec stupeur que le texte de compromis soumis au débat ne contient pas la restriction des APL aux immigrés nouvellement arrivés en France.

Or, le gou­ver­ne­ment s’était enga­gé auprès des Répu­bli­cains à enté­ri­ner dans ce texte de loi le condi­tion­ne­ment des APL à cinq ans de rési­dence en France pour les étran­gers qui ne tra­vaillent pas. La séance est sus­pen­due, Bru­no Retailleau passe un appel télé­pho­nique à Éli­sa­beth Borne et lui demande pour­quoi la chef du gou­ver­ne­ment n’a pas res­pec­té ses enga­ge­ments et a sup­pri­mé la mesure sur les APL.

Réponse de l’ancienne Pre­mière ministre :

« Vous com­pre­nez, il y a des migrants qui n’ar­rivent pas à se loger à Paris ».

Eh bien non, on ne com­prend pas com­ment un gou­ver­ne­ment peut à ce point pri­vi­lé­gier les étran­gers au détri­ment de ses propres res­sor­tis­sants qui ren­contre tout autant, si ce n’est plus, de dif­fi­cul­tés à se loger dans la capitale.

Source : Le Point