Retrouvez les Bobards d'Or sur les réseaux sociaux

Bobards d’Or 2017 : rendez-vous le 6 février à Paris !

Réservez dès à présent votre billet

Billetterie Weezevent

Bobards d'Or 2017

Le grand-père tirailleur sénégalais de Black M : un bobard par précipitation

Le grand-père tirailleur sénégalais de Black M : un bobard par précipitation

Candidat : Jacques Pezet – Libé désintox

En mai 2016, l’annonce, à l’occasion du centenaire de Verdun, de la tenue d’un concert du rappeur Alpha Diallo dit « Black M » enflamme les réseaux sociaux. La mobilisation de la réinfosphère puis de certains politiques entraînera de justesse l’annulation dudit concert.

En guise de riposte pour « faire barrière à ces propos haineux [sic] », le rappeur et ses conseillers en communication se fendent d’un communiqué larmoyant où la France n’est plus qualifiée de « pays de kouffars » comme l’un de ses précédents succès (« Désolé ») mais de « terre pour laquelle [son] grand-père Alpha Mamoudou Diallo, d’origine guinéenne, a combattu lors de la guerre 39-45 au sein des Tirailleurs Sénégalais – ces mêmes Tirailleurs Sénégalais qui étaient également présents lors de la Bataille de Verdun ». Le communiqué est accompagné d’une photographie montrant cinq soldats noirs.

En sortant opportunément de son chapeau – une casquette – un grand-père tirailleur sénégalais, après avoir plutôt plaidé l’envie de s’amuser, Black M tend à faire accroire que sa présence à des commémorations du glorieux sacrifice des soldats français, nos aïeux, n’était au fond ni incongrue ni indécente. Mais de l’opportunité à l’opportunisme, il n’y a qu’un pas et quelques lettres : d’aucuns trouvent bien curieux l’évocation soudaine de ce grand-père et sont réservés à l’idée de croire le rappeur sur parole(s).

Aussi, face aux sceptiques mettant en doute l’existence de cette ascendance militaire sur laquelle repose le plan com’ de Black M, Le Monde et Libé vont-ils mener un vrai travail d’enquête afin de prouver la véracité des dires du rappeur.

Un « historien amateur » – dont l’opinion compte peu pour les rois de la « désintox », selon lesquels « d’habitude quand on cherche un expert crédible, on essaie de trouver un universitaire spécialiste du sujet » –, consultant les registres établis en France, a montré que le nom d’Alpha Mamoudou Diallo n’y figurait pas. Qu’à cela ne tienne ! C’est en Afrique que les journalistes, qui quoique non universitaires ont à n’en pas douter, eux, une vraie crédibilité, mènent donc leurs recherches. Sur les bases d’une attestation de l’Association des enfants des tirailleurs sénégalais de Guinée, ils titrent ainsi :

« Oui, le soldat Diallo, grand-père de Black M, a bien combattu en 39-45 » pour Libération, article du 21 mai 2016.

« Le grand-père de Black M a bien combattu pour l’armée française » pour Le Monde, article du 23 mai 2016.

Cette affirmation martelée contre la supposée « fachosphère » semble sonner comme un camouflet.

Oui mais…

1) Tout d’abord, ladite Association des enfants des tirailleurs sénégalais en Guinée, qui au passage n’est pas non plus un « universitaire spécialiste du sujet », semble une source un peu douteuse, en ce qu’elle fut naguère pointée du doigt par l’Ambassade de France en Guinée pour ses nombreuses approximations (et notamment le chiffrage, exorbitant et improbable, de 161 millions de tirailleurs recrutés).

2) À vérifier : ce Diallo-là aurait été radié des cadres en 1933 et n’aurait donc pas fait la guerre de 39-45.

3) Le 27 mai, en publiant la fiche militaire du fameux grand-père – obtenue non en Guinée mais à Caen –, les décodeurs du Monde avouent, en contradiction avec le titre fièrement énoncé quatre jours plus tôt : « cette fiche ne permet pas de prouver la filiation entre Alfa Diallo et le rappeur, ce qui serait quasi impossible faute de documents suffisants ». Sans compter que, sur ladite fiche, le tirailleur ne s’appelle pas Alfa Mamoudou Diallo mais Alfa Diallo (un nom on ne peut plus courant) : les articles du 24 mai et du 27 mai évoquent-ils seulement le même soldat ? Il est permis d’en douter.

4) Enfin, en janvier 2017, sur Twitter, Jacques Pezet et ses amis de la « désintox » avouent que leurs recherches ne sont toujours pas achevées et qu’ils attendent encore des « réponses des archives militaires de Pau » avec un risque que l’enquête finisse en 2019.

Au regard, notamment, de ces aveux d’impossibilité de prouver la filiation ou du caractère inachevé de l’enquête, l’affirmation, commune aux deux journaux, selon laquelle le grand-père de Black M était bel et bien tirailleur sénégalais apparaît a posteriori comme un bobard par précipitation. Qui sait, peut-être parviendra-t-on, un jour, à prouver la véracité du plan com’ du rappeur : il n’en demeure pas moins qu’en mai 2016, Le Monde et Libé se sont bien imprudemment avancés.

Communiqué : 8ème cérémonie des Bobards d’Or

Communiqué : 8ème cérémonie des Bobards d’Or

Medias de propagande vs Réinfosphère, rira bien qui rira le dernier !

L’année qui vient de s’écouler a été mouvementée pour l’oligarchie médiatique ! Afin de récompenser les efforts de désinformation des journalistes de propagande les plus consciencieux, la Fondation Polémia est heureuse de vous convier à la cérémonie des Bobards d’Or. La prochaine édition se tiendra le 6 février à 19h30 au Théâtre du Gymnase Marie Bell. Inscrivez-vous en ligne dès maintenant à ce rendez-vous incontournable de la réinformation !

« Décodeurs », plateformes anti « fake news » (informations faussées) : face aux outils de propagande des médias subventionnés, la Réinfosphère vous informe sur les mensonges de ces journalistes qui trompent ! Car les médias de propagande se trompent et nous trompent sur tout : sur l’échec du oui au Brexit, sur la victoire de Clinton, sur celle de Juppé, sur l’annonce de la candidature probable d’Hollande. Seule la Réinfosphère permet aux citoyens de recevoir une information plurielle.

Les victoires sont au rendez-vous : mobilisation des réseaux sociaux contre l’intervention du chanteur de rap Black M à Verdun ; déroute d’Ali Juppé aux primaires de la droite, suite aux révélations insistantes sur ses liens avec l’imam de Bordeaux, proche des Frères musulmans et de l’UOIF ; défaite d’Hillary Clinton aux présidentielles américaines sous les regards médusés des journalistes des plateaux télé…

Afin de couronner au mieux les serviteurs de la bien-pensance médiatique, les Bobards d’Or ont désigné un jury de choix. Gabrielle Cluzel, Charlotte d’Ornellas, Vivien Hoch, Benjamin Dormann, Yann Vallerie, Martial Bild : de nombreux réinformateurs de talent présenteront les meilleurs professeurs de bobards de cette édition !

Avec dix candidats en lice – dont six sélectionnés par les internautes (ouverture des votes en ligne le dimanche 22 janvier à 18h00), le public présent le 6 février désignera parmi eux le bobard d’or, le bobard d’argent et le bobard de bronze. Déterminez quels mensonges médiatiques méritent de gravir les marches du podium ! Venez passer un moment distrayant avec notre jury et nos talentueux dessinateurs. Venez voter pour le plus beau bobard de l’année, certifié 100% conforme et parfaitement documenté.

Parce que 2017 sera l’année de la Réinfosphère contre la propagande médiatique, soyez nombreux à assister à la 8e édition des Bobards d’Or !

Inscrivez-vous dès maintenant (billetterie.bobards-dor.fr) et choisissez les plus beaux professeurs de bobards sur nos réseaux en ligne.

Rendez-vous le 6 février à 19h30, Théâtre du Gymnase Marie Bell, 38 boulevard de Bonne Nouvelle, Paris Xème !

Revue de presse : Les gagnants des Bobards d’or 2016 [Ojim]

Revue de presse : Les gagnants des Bobards d’or 2016 [Ojim]

Devant plus de 600 personnes, les désormais classiques Bobards d’or parodiques récompensant « les plus belles désinformations » ont été remis le 14 mars au Théâtre du Gymnase à Paris. Source : ojim.fr

Bobard d’Or pour France Inter, pour le bobard orwellien

Géraldine Hallot, de France Inter, avait commis en septembre 2015 un article ainsi titré : « Réfugiés, le fantasme de l’infiltration terroriste ». Après le 13 novembre et les attentats commis notamment par deux « migrants » passés par la Grèce, France Inter au lieu de s’excuser ou au moins de reconnaître son erreur, a purement et simplement a modifié le titre de son article en un plus prudent « Des terroristes parmi les migrants ? » pour le rapprocher de la réalité… sans modifier l’article lui-même, une méthode digne de 1984 d’Orwell.

L’Ojim avait consacré un dossier complet à cette affaire qui n’avait pas concerné seulement France Inter. Tour à tour Ouest France, BFTMTV, Libération et Thomas Guénolé dans L’Obs avaient qualifié de fantasme cette infiltration alors que « Athènes et Belgrade sont confirmé que le passeport syrien retrouvé à côté d’un kamikaze à Saint-Denis était celui d’un migrant arrivé en Europe par la Grèce et enregistré le 3 octobre sur l’île de Leros. Du nom d’Ahmed Almuhammed, ce candidat au statut de réfugié en Europe avait par la suite été enregistré en Serbie, puis en Croatie, en Autriche, en Allemagne… avant de se retrouver le 13 novembre devant le Stade de France, une ceinture d’explosifs autour de la taille ».

Bobard d’argent pour Étienne Baldit et le Lab d’Europe 1, pour le bobard raciste anti-européen

Ce bobard concerne l’identité et l’origine des meurtriers de Jean-Claude Irvoas, tué pendant les émeutes du Ramadan en 2005. En 2010, le journaliste du Figaro Stéphane Durand-Souffland écrivait « que trois des quatre individus concernés sont d’origine européenne ». Un mensonge de la part du président de l’Association des journalistes judiciaires qui sera récompensé quelques mois plus tard par le bobard d’or 2010. En effet les meurtriers ne sont autres que Benoit Kusonika, un franco-congolais, Sébastien Beliny, un Antillais, Sambo Diallo, un franco-sénégalais, et Ichem Brighet, un franco-algérien ! Un bobard repris six ans plus tard par le peu sérieux (mais très militant) Lab d’Europe 1. Voir notre dossier.

Bobard de bronze pour l’AFP pour le bobard christianophobe

Un bobard fondé sur l’échange de bons procédés entre l’AFP et l’Observatoire syrien des droits de l’homme (proche des djihadistes d’Al Nosra) qui se citent l’un l’autre. Cela leur permet de diffuser l’image d’un prétendu « chrétien » sur le point de décapiter un « djihadiste », alors qu’il s’agit d’un djihadiste s’apprêtant à assassiner un soldat syrien… Un beau succès pour l’AFP, déjà titulaire d’un bobard de guerre en 2015, pour avoir annoncé que « le régime d’Assad » détenait le journaliste James Folley alors que celui-ci fut décapité par l’État islamique. Une tradition dans la désinformation de l’AFP à laquelle l’Ojim a consacré de nombreux articles. Récemment, l’AFP a subitement été atteinte de myopie en montrant un grand nombre de femmes et d’enfants parmi les migrants, là où ces derniers sont constitués de 85% de jeunes hommes…

Jean-Yves Le Gallou, président de Polémia a annoncé l’engagement d’une action collective au titre de l’article 1382 du code civil contre Radio France et France Inter qui financent leurs désinformations et leurs manipulations avec l’argent de la redevance.

Vidéo : Bobards d’or, le palmarès

Vidéo : Bobards d’or, le palmarès

La cérémonie (parodique) des Bobards d’or distingue, chaque printemps, les « meilleurs des journalistes », ceux qui n’hésitent pas à mentir délibérément pour servir le politiquement correct. Palmarès… Reportage de Boulevard Voltaire.

Palmarès 2016 des Bobards d'Or

Palmarès 2016 des Bobards d’Or

Découvrez ci-dessous le palmarès 2016 des Bobards d’Or.

Géraldine Hallot

Géraldine Hallot

BOBARD D’OR

Géraldine Hallot de France Inter​ pour le bobard orwellien, le bobard à remonter le temps !

C’est le 3ème bobard pour France Inter après Patrick Cohen​ en 2013 (Muselière d’Or) et Pascale Clark​ en 2014 (Gay Bobard).

Étienne Baldit

Étienne Baldit

BOBARD D’ARGENT

Étienne Baldit du Lab​ d’Europe 1​ pour le bobard raciste.

C’est le 3ème bobard pour le groupe Europe 1 après celui décerné à Claude Askolovitch (Bobard d’Or Radio) en 2011 et à Éric Le Boucher (Bobard d’Or Radio) en 2012.

Paul Moreira

Paul Moreira

BOBARD DE BRONZE

L’Agence France-Presse​ avec la complicité de Paul Moreira pour le bobard christianophobe.

Il s’agit du 3ème bobard pour l’Agence France-Presse après le bobard de guerre en 2012 et le bobard AFP en 2015.

Félicitations aux lauréats !
Accélérateur de carrière garanti !

Revoir la cérémonie du 14 mars 2016

Page 1 sur 3123»